Urbanisme et Habitat

16234375410_25c338c3e6_o

Favoriser la mixité sociale et générationnelle dans l’habitat

Assurer le développement et la diversification du parc de logements

Le renforcement du tissu économique existant, le développement de nouvelles activités (artisanales, industrielles ou commerciales,….), la proximité des grands axes routier a pour objectif de favoriser l’accueil de nouveaux actifs sur la commune.

Adapter l’offre aux moyens et besoins des personnes présentes et à venir sur la commune est une préoccupation constante de l’équipe municipale. L’allongement de la durée de vie, le desserrement des ménages, les ressources économiques… sont autant de phénomènes qui influent sur les besoins en logement. Le desserrement des ménages est la diminution de la taille moyenne des ménages due aux séparations, aux familles monoparentales, aux jeunes quittant le domicile parental ou encore au vieillissement de la population. Il conduit à une augmentation du nombre de ménages pour une même population et donc à un accroissement des besoins en logements.

Le souhait de la commune est donc de s’adapter à ces évolutions des structures familiales et donc de diversifier l’offre afin de trouver un équilibre pour permettre à des jeunes ménages actifs de venir s’installer.

Le développement de l’habitat sur notre commune de Sainte Marie la Blanche passe par la création d’un parc locatif adapté aux conditions et aux modes de vie des jeunes ménages (en terme de prix, de taille de logement…). Les coûts actuels du foncier et de l’immobilier limitent les possibilités d’implantation des jeunes familles. Il est important de proposer une large gamme de logements afin d’assurer le maintien de la population et de maintenir l’attractivité de notre commune pour de nouveaux arrivants.

La Maisonnette Garde-Barrière

Dans le premier semestre 2015, la commune a fait l’acquisition de la maisonnette garde-barrière située à la sortie du village en direction du hameau « LE POIL », à l’extrémité de la rue de la Vandenotte.

Le Conseil Municipal a pu visiter les lieux et imaginer le réaménagement d’un logement pour lui donner tous les éléments de confort exigés aujourd’hui.

p1030700_17916213686_oLe gros-œuvre de construction est en parfait état de la cave à la toiture ; le projet consistera à ré-équiper toutes les pièces pour amener le confort, la sécurité et la performance énergétique. L’aspect du bâtiment sera préservé pour garder la trace de ce patrimoine rural que constituent ces anciennes maisonnettes garde-barrière qui jalonnaient nos campagnes.

Avec le concours du Cabinet d’architecte « L’atelier b » trois esquisses d’aménagement ont été produites. La proposition retenue conserve la configuration actuelle des locaux avec une maîtrise du coût de la rénovation. Elle consiste à réaliser un logement T2 en duplex de 52m2, avec au rez de chaussée, une entrée ouverte sur la pièce séjour/salon et coin cuisine le tout ouvrant sur une terrasse, à l’étage un palier desservant une chambre, une salle d’eau et un sanitaire séparé. Sur le pignon SUD/OUEST un auvent ouvert sera créé sur l’emprise de la terrasse et fermé près de l’accès à la cave existante. Le puits creusé à côté de cette maison existe toujours, il sera conservé et sa margelle sera restaurée.

Favoriser le développement des résidences principales

Le nouvel enjeu = la construction de logements plus grands sur des parcelles plus petites.

Sur les dernières décennies, il est souvent constaté un manque de rigueur en matière d’urbanisme qui a contribué à un développement urbain étalé le long des voies de communication. Construire sur des parcelles de taille plus réduite mais en réglementant strictement l’implantation permet de densifier le bâti et limiter l’étalement urbain tout en préservant un cadre de vie de qualité.

Sur Sainte Marie La Blanche, l’implantation des nouveaux quartiers d’habitat se fera en priorité dans les secteurs pressentis par la commune, dans l’objectif de combler les « dents creuses » (les parcelles disponibles cernées par l’habitat existant) :

            – ainsi le projet du lotissement communal « Les Meix et Pavots » situé Rue Gaudey et Rue des Meix Pavots. Cette parcelle a été découpée en 5 lots à construire avec un chemin piéton passant au travers de ces terrains et rattaché aux voiries récemment crée Rue du Verger et Rue Gaudey.

Ces terrains sont actuellement en vente et ces nouvelles constructions viendront relier le bâti déjà existant au nouveau lotissement privé « le Verger Sanmaritain » qui compte 14 constructions.

            – le futur projet du lotissement sur le secteur des Goumerandes. Les propriétaires fonciers de cette zone découpée en plusieurs bandes étroites et longues ont tous répondu favorablement à la vente de leurs parcelles afin d’aménager une nouvelle zone d’habitation. Une étude d’aménagement pour optimiser la constructibilité a été proposée par la municipalité aux propriétaires concernés. Cette étude graphique suggère une voie d’accès en L pour la viabilité des parcelles et supprime la nécessité d’une place de retournement. Un accès piéton s’étendra le long de cette voie de circulation complété par un chemin piétonnier qui débouchera sur la Rue de l’église.

Ce projet permet d’optimiser la consommation foncière et s’articule dans la continuité du bâti et des voies de circulation existantes.

Après l’urbanisation de ces parcelles, 8 lots à construire seront proposés pour permettre de poursuivre l’accueil régulier de nouveaux habitants.

Un des objectifs prioritaires de la commune de Sainte Marie la Blanche est de proposer un parc de logements diversifié pour permettre à chacun de réaliser son parcours résidentiel. Cette diversité permet d’offrir une variété de logements en locations, ou terrains à construire, tout en veillant à une répartition homogène et équilibrée.

Logements locatifs Orvitis

La municipalité a souhaité la construction d’appartements familiaux, sur un terrain disponible de 1130 m3, au centre du village, à l’arrière d’un ensemble immobilier existant, rue du Château. Ce programme a été réalisé par ORVITIS sur l’année 2015.

Prenant en compte les constructions environnantes, l’architecte Gilles LE BRIS s’est attaché à intégrer les lignes et les teintes du bâti existant dans le projet du nouveau bâtiment.
Implanté en longueur, l’immeuble, aux volumes et formes géométriques simples, avec des toitures traditionnelles à deux pans, comprend au total 6 appartements. Sur trois modules accolés, le programme est composé :
– en partie centrale : 2 logements T3 de 63 m2 en rez-de-chaussée et de manière identique à l’étage. Chaque logement dispose d’une entrée individuelle, depuis un escalier extérieur pour ceux à l’étage.
– de part et d’autre de ce module : 2 logements de type 4 en duplex, pour une surface moyenne de 76 m2.

Les 4 appartements du rez-de-chaussée sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Côté agencement, la cuisine est ouverte sur la pièce à vivre.
Orientée au sud, elle donne accès à une terrasse ou à un balcon pour les 2 logements situés à l’étage. Pour les appartements en duplex, un escalier dessert les 3 chambres et une salle d’eau.

Le chauffage est collectif au gaz, ainsi que la production d’eau chaude sanitaire. A l’entrée de cette petite résidence, on trouve une batterie de 6 garages individuels ainsi qu’un local poubelles.

Le coût total de l’opération s’élève à près de 669 000 euros, dont 80 % à la charge d’Orvitis, financé en majeure partie par un emprunt contracté auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations, laquelle a également versé une prime exceptionnelle de 6 600 €. Des subventions sont versées par l’Etat pour 11 000 euros, par le Conseil Régional pour 72 000 euros, par le Conseil Départemental pour 14 000 euros.